Présentation

Polaris est l’un des jeux de rôle français possédant le background le plus développé. L’univers post-apocalyptique dans lesquels vos joueurs se plongeront est l’aspect le plus original du monde de Philippe Tessier. Certaines personnes le qualifient même de “Space Opera sous-marin“.
Grand logo Polaris V3

Dans un futur lointain, la Terre a subi une série de catastrophes qui a rendu impossible la vie humaine en surface. L’homme a dû fuir le monde de la surface, ne laissant derrière lui que quelques usines fortifiées entièrement automatisées lui procurant certaines denrées vitales. Il s’est réfugié au fond des océans, où les colonies humaines, déchirées par les guerres incessantes, harcelées par les pillards et les prédateurs marins, confrontées à une baisse inquiétante de la natalité, tentent de survivre dans un monde de silence et d’obscurité, où l’oxygène est la plus précieuse des matières premières…

Le background

Les maîtres de jeu auront 3 sources essentielles pour appréhender les différents aspects du monde de Polaris :

  • Le livre de base avec un gros chapitre sur le Culte du Trident et Equinoxe
  • Le supplément Univers où est décrit les Pirates, l’Hégémonie et la Ligue Rouge
  • Les romans (réédités à la rentrée 2009) pour approfondir

Avec les 2 éléments indispensables, vous aurez de quoi alimenter la curiosité de vos joueurs. Ils pourront ainsi provenir de n’importe quelle nation (à part peut-être l’Alliance Polaire) et jouer aussi bien un pirate, un soldat, un diplomate, un médecin ou à l’opposé un technicien. On sort du triptyque mage-guerrier-voleur. Si vous PJs ont des envies d’exotisme, se créer un hybride ou un individu manipulant la Force Polaris les combleront.

Le Dossier de Personnage contient un résumé très bien fait pour que les néophytes aient les connaissances de base sur le monde des abysses (nations majeures et résumé historique).

Le système de jeu

Après les 2 premières éditions qui utilisaient un D100 et un système de marge assez complexe, la 3ème Edition se base sur un système D20 plus simple.

Le résultat des jets se lit directement par rapport au niveau des compétences de la feuille de personnage. La diversité des compétences est assez vaste. Pour les combats au corps-à-corps, on peut, par exemple, utiliser :

  • Combat à mains nues
  • Art Martial : Lutte (Pugilat)
  • Art Martial : Offensif / Défensif

Chacune de ses compétences sera plus ou moins efficace suivant les situations avec des bonus/malus. La variété des possibilités demeure encore difficile à gérer (en particulier pour les combats sous-marins).

Avec un monde un peu spécifique et un système de jeu toujours un peu complexe, Polaris reste donc un jeu de rôle délicat pour les MJs débutants. De plus, la création d’un personnage prend toujours énormément de temps (une feuille de personnage Excel est disponible dans les Aides de Jeu).

On tombe là dans l’un des paradoxes de Polaris : On peut y mourir facilement mais la création d’un perso risque de rebuter les débutants. Chers meneurs, allez-y donc doucement avant de liquider la moitié de votre équipe !

Conclusion

Polaris est donc un jeu de rôle pour lequel il faut un minimum d’investissement du meneur et des joueurs. Une fois que les persos seront fin prêts, vos PJs devront appréhender l’univers, les motivations des différents clans et nations.
Pour les pauvres meneurs, la maîtrise du système de jeu permet d’avoir des parties fluides durant lesquelles l’action prime sur les considérations et calculs liés aux règles.

2 réponses à “Présentation”
  1. Arbassin dit :

    Je suis un vieux routard du JdR en règle générale et je dois bien dire que les années passent et la passion reste. Polaris est selon moi “LE JdR” indispensable pour tout bon rôliste qui a déjà un peu de bouteille ou pour ceux qui n’ont pas peur de s’attaquer un univers extrêmement riche et complexe (de par son background très riche, pas à cause des règles).

    Je finirais par un message de soutient (qui n’est d’ailleurs peut-être pas nécessaire) et qui n’engage que moi et mes joueurs: nous adorions l’ancien système de règle. Je conçois qu’il ait pu en rebuter certain mais de tous les systèmes du JdR, il était le plus riche et le plus pointu.

  2. marsat dit :

    Peu importe les règles, ce qui importe c’est l’ambiance. J’aime le nouveau système car il est fluide et efficace. les combats sont toujours expéditifs. les anciennes règles ne me rebutais pas en temps que joueurs mais c’est pas moi qui gérait et quand je mejeute je regarde pas les règles si je la connait c’est bien sinon j’invente donc…

    J’attends tout de même le guide technique avec impatience même si je doute que blackbook s’en préoccupe des masses.
    Il y aurait moyen qu’ils en fasse un succès commerciale, c’est dommage… je les remercie tout de même d’avoir réédité le jeu de base et les romans sans quoi je n’aurait pas pu le masteuriser.

  3.  
Répondre